Comme chacun d'entre nous, j'ai commençé à dessiner enfant.

Puis je ne jamais arrêté.

Depuis début 2020 et le début de ce dont on ne sait pas grand chose, j'ai stocké du papier et des crayons.

Dessiner chaque jour au moins un grand dessin me faire supporter l'environnement anxiogéne.


Un de mes grands amis de la Beat Generation me disait " il n'y a que l'art qui nous rend libre".

Je n'avais pas mesuré à quel point cette phrase pouvait se révéler exact en temps de guerre.


Le combat de ma psyché contre les pressions externes.


Dessin:

Apparition.


Pastel et Encre 50 X 60 cm

Mis à jour : janv. 24

Un vieil ami ,aujourd'hui parti aux cieux, un vrai jeune resistant de la seconde guerre mondiale m'avait dit : " Il ne faut jamais cesser de se battre pour la liberté".


Que ce soit pour son art ou la terre , je dois bien admettre qu'il avait bien raison de me confier ces paroles.

La prison c'est se laisser aller aux pensées normatives, aux préjugés , à ce qu'on croit connaître sans faire preuve de réflexion.

On se retrouve vite avec l'art pompier , le pouvoir des critiques d'art snobs et corrompus, le goût de parvenus des milliardaires et des canons imposés notamment sur la tempe.


Photo: ville de Naples, Italie, 2009.


Copyright Emmanuel Duprat 2020