top of page

Voyager Immobile

Ce n’est pas mon amour pour Pablo Neruda le titre.

J’ai expérimenté cet été l’immobilité à cause d’un ménisque fêlé.


Comme m’a dit le radiologue en voyant les résultats : ce n’est pas grave mais ça fait mal.

Adieu pérégrinations campagnardes et côtières, Paris l’été ce sera.


Comme il faut toujours voir les bonnes choses, j’ai fait l’expérience d’un petit handicap temporaire.

Ne plus bien marcher ça n’a l’air de rien mais…non.

Le rayon d’action se réduit comme peau de chagrin.


Et comme j’ai toujours bien marché ici comme dans le monde la sensation est étrange.

Rien n’est fait pour les canneux que je suis pour l’instant.

Naturellement dans la rue quand je vois un béquillé on se parle.

On fait un petit club.


La consolation qui est grande dans mon cas reste de pouvoir m’évader en lisant, écrivant ou dessinant.

C’est beaucoup ça "artiste" : parcourir de nouveaux mondes sans bouger.

Et puis il y a un moment ou on convoque les handicapés célèbres et géniaux.

J’ai bien un petit bout de Matisse malade quelque part.

Non ?


Non car toi c’est temporaire mon coco.

Tu as chaud à crever dans ton appartelier parisien et c’est tout.

Tu rêves éveillé comme toujours Emmanuel.



Le soleil

40 X 60 cm

Pastels et encre

Septembre 2021

Antibes



54 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page